Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

 

 

L'envers du monde.

 

 

 

Entre toi et moi il n’y a rien et il n’y a personne. Il n’y a même pas cet « entre » qui sous entend un quelconque espace vide qu’il faudrait combler. Nous ne sommes pas « séparés » les uns des autres si ce n’est par la conscience qui isole, différencie et individualise. Entre soi et l’autre, il n’y a que la superposition de nos deux perceptions du monde et l’accord tacite entre chacun de nous qui fait que nous absorbons par le langage un peu de la représentation de l’autre ; un peu de ses propres perceptions et par là même, de sa propre conscience.

Ce n’est pas le monde qui nous supporte et sur lequel nos pieds reposent. C’est nous qui supportons le monde, d’un bout à l’autre de ses dimensions temporelles et spatiales. Car au plus loin que nous puissions percevoir ou même imaginer, il est le prolongement de nous-mêmes, du plus profond de nous jusqu’au bout de lui-même, en passant par l’image que je me fais de toi, de ta voix et de ta chair. [...]

 

Sébastien Junca

 

 

Edition numérique et papier

 

Éditeur : Edilivre

Format : 13,4 x 20,4

Nombre de pages : 148

Prix : 13,30 €

Date de parution : 2009

ISBN : 978-2-8121-1158-7

 

 


 

 

 

 

 

 

  

« Il y a en moi un cosmos en gestation, mais un cosmos en gestation, cela s’appelle un chaos. » (Michel Tournier).

Créer véritablement, c’est laisser se manifester notre chaos intérieur, et par là même, ce cosmos en gestation. Mais cet acte n’est possible que si l’on accepte à chaque instant de renoncer à cette complexité nouvellement élaborée. La dynamique universelle et individuelle ne pourra progresser et accomplir son Grand Œuvre sans le renoncement à ce qui vient de naître. Être libre véritablement, c’est s’oublier. Car nous ne sommes que parce que nous nous souvenons d’avoir été. Nous ne sommes, en définitive, pas plus libres que les premières particules constitutives de l’univers et de nos corps. Nous sommes prédéterminés à vivre. Nous ne faisons qu’exprimer une nécessité originelle vitale et irréductible dont les volontés apparemment libres d’aujourd’hui ne sont que les dernières manifestations. Nous nous croyons libres quand nous voulons. Mais cette liberté n’est qu’une chimère. Nos consciences réfléchies, nos individualités ne sont que les conséquences, les ombres portées d’une complexité en perpétuelle évolution. En soi, la mémoire n’est rien ; tout comme la conscience individuelle qui lui est associée. Elle n’est qu’un outil, un langage élaboré par la complexité pour permettre à l’Idée qui se trouve « derrière » de s’exprimer. Mais cette expression n’est que partielle. D’une part parce que nos personnages sociaux, nos volontés superficielles tendent à l’étouffer ; d’autre part, parce que le tandem complexité / mémoire continue d’évoluer, de grandir, et que nous ne pouvons qu’à peine imaginer ce que pourrait donner dans un avenir sans doute encore lointain, toujours plus de complexité, autrement dit, toujours plus de conscience manifestée. [...]

 

Sébastien Junca

 

 

 

Edition numérique et papier

 

Éditeur : Edilivre

Format : 13,4 x 20,4

Nombre de pages : 112

Prix : 12,35 €

Date de parution : 2010

ISBN : 978-2-8121-3439-5

 

 

 

 

 


 

  

  

De feu et de sang

  

  

 

Ange de lumière jeté dans la fosse brûlante des entrailles telluriques,

Puis exilé à la surface du monde au milieu des hommes

Afin de parachever pour des temps indéfinis, ma pénitence.

Dépouillé par mes frères, les anges supérieurs, de tous mes attributs et pouvoirs divins.

Les ailes arrachées comme ce le serait d’un vulgaire insecte ;

Mon corps de lumière fut soudain alourdi de chair, de sang et de douleur.

Mes souvenirs, ou ce que je pense être tel, ne sont plus que lambeaux.

Et mon âme sacrifiée paye encore le prix de quel crime, de quelle trahison immortelle ?

J’ai côtoyé les démons de mondes incertains ;

Les légions de Satan dont je n’étais qu’esclave comme tant d’autres précipités avec moi.

Dans le feu et le sang, nous traînâmes notre honte sur des temps indéfinis.

Immortels que nous étions dans la douleur

Et les souffrances atroces qui nous brûlaient jusqu’au fond de l’âme.

Enchaînés que nous étions à nos impossibles désirs

Tout aussi immortels que l’étaient nos chairs consumées de douleur.

Le souffre, le sang, les larmes, la purulence, les odeurs infectes étaient notre lot quotidien.

Des odeurs mêlées d’acide et sans commune mesure avec celles que connaissent les hommes.

Des tortures et des douleurs toutes aussi incomparables à ce que peut engendrer la nature humaine, même sous ses aspects les plus immondes.

Douleurs d’un autre monde. [...]

 

Sébastien Junca

 

 

Edition numérique et papier

 

Éditeur : Edilivre

Format : 13,4 x 20,4

Nombre de pages : 56

Prix : 9,50 €

Date de parution : 2010

ISBN : 978-2-8121-4209-3

 

 

 

 

 

 

Blessure d'étoile.

  

 

    

Depuis des milliards d’années, le chaos préside à toutes les formes de création ; cosmologiques, biologiques et même individuelles. Il a été et est encore le ferment de toutes les formes de vie. Au milieu de cette perpétuelle agitation, quelle place l’humanité, le progrès, la civilisation peuvent-ils revendiquer ? Leurs figures actuelles étaient-elles inéluctables ou ne sont-elles que les silhouettes évanescentes d’un mouvement qui dépasse de loin nos futiles préoccupations humaines ?

Le monde est à l’étroit au creux de lui-même. Les forces d’inertie, la matière, les esprits et les cœurs craquent de toutes parts et commencent à céder sous les assauts répétés de la vie. D’où nous viennent nos maux ? Pourquoi en sommes-nous là, au bord d’un précipice écologique et idéologique qui a déjà commencé à nous ensevelir ?

Quels que soient l’époque ou l’endroit du monde d’où ils nous parviennent, les témoignages des hommes comme ceux de la Terre nous avertissent de la nécessité comme du possible retour d’évènements de dimension cosmique. Autant de chaos qui furent les ferments nécessaires à la naissance, au développement et à la maturation de la vie puis de la pensée sur Terre.

Y a-t-il une vérité, un repos du septième jour, un bonheur, un achèvement, une complétude ou une quelconque résolution au bout du chemin ? Une forme d’équilibre et d’harmonie au sein d’une nature et d’une matière enfin pacifiées. Quelle forme de vie encore inexplorée nous reste-t-il à découvrir, à inventer, à construire comme ultime issue et comme dernier remède à notre désespoir, à notre nostalgie, à ce perpétuel état de manque qui participe autant de notre faiblesse que de notre volonté de puissance ? Comme une bête blessée acculée au néant. Quel idéal humain, quel surhomme est-il encore possible d’accomplir, sinon vers lequel tendre ?

Notre salut comme notre condamnation ; notre éternité comme notre néant passeront par la matière parce qu’elle est pétrie de spiritualité. Comme le dit Jean Guitton dans Justification du temps, l’homme dans cette vie, prépare inconsciemment ses organes spirituels d’éternité et qui seront plus tard les instruments de sa communication et de son équilibre. [...]

 

Sébastien Junca

 

 

Edition numérique et papier

 

Éditeur : Edilivre

Format : 13,4 x 20,4

Nombre de pages : 324

Prix : 19,00 €

Date de parution : 2011

ISBN : 978-2-8121-4933-7

 

 

 


 

 

  

 

 

 

 

Ce petit livre est dédié à tous ceux qui n’ont pas « les dents longues », qui n’ont pas la « niaque », la « hargne », la « rage » ; à tous ceux qui n’ont pas plus d’ambition professionnelle que de volonté de gravir coûte que coûte les différents échelons de l’échelle sociale dans le seul but de réussir. Il s’adresse au contraire à cette majorité d’entre nous qui n’a de cesse d’essayer de survivre au sein d’une société de plus en plus injuste et inégalitaire, consumériste et grande consommatrice d’hommes et de femmes. Autant de « denrées périssables » à seules fins d’alimenter un productivisme de plus en plus exigeant, indétrônable et incontrôlable.

 

Ce livre n’est donc pas pour les carriéristes, les ambitieux, les battants, les winners, les leaders, les aspirants managers, directeurs ou personnels d’encadrement. Ceux-là n’ont que trop de publications qui leur sont consacrées. Ce petit manuel n’est là au contraire que comme ultime bouée de sauvetage ou « kit de survie » pour les plus humbles, les sans-grades et les plus démunis face à un monde du travail en pleine crise. Bref, tous ceux qui se sentent un peu perdus sinon parfois désemparés au sein de cette jungle industrielle de plus en plus hostile, agressive voire destructrice de personnalités et d’individus. [...]

 

Sébastien Junca

 

 

Edition numérique et papier

 

Éditeur : Edilivre

Format : 13,4 x 20,4

Nombre de pages : 80

Prix : 11,88 €

Date de parution : 2011

ISBN : 978-2-8121-9716-1

 

 

 


 

Partager cette page

Repost 0
Publié par

Présentation

  • : Le blog de Sébastien Junca.
  • Le blog de Sébastien Junca.
  • : Philosophie - Poésie - Essais
  • Contact

Biographie succincte

Né en 1968, Sébastien Junca est un autodidacte épris de philosophie. Dans son premier ouvrage, L’Envers du monde (2009), publié aux Éditions édilivre, il expose les prémices de sa métaphysique. Il y décrit sa vision des principaux attributs du réel que sont la Matière, le Temps et la Conscience. Premier travail encore très influencé par ses maîtres que sont entre autres Schopenhauer, Bergson et Teilhard de Chardin. Dans la continuité, il publie Les Naufragés de Dieu (2010),  où il traite sur le mode métaphysique et toujours dans l’esprit teilhardien, des grands thèmes de la religion catholique que sont la Création, l’Incarnation et la Révélation. Suit un recueil de poèmes : De feu et de sang (2010). Ces Trente poèmes d’outre-monde sont les fruits d’une écriture automatique d’inspiration surréaliste. Il se lance ensuite dans un nouveau travail : Blessure d’étoile, La face cachée de l’évolution (2011) - où il aborde les grands thèmes de l’Évolution, de l’Humanité et du Progrès avec pour toile de fond le catastrophisme et l’impactisme.

 

Parallèlement à l’écriture, Sébastien Junca poursuit son parcours ouvrier ou il puise aussi la matière de ses textes. Son Petit manuel de survie, de résistance et d’insoumission à l’usage de l’ouvrier moderne (2011) en est un premier exemple. Dans la même veine il publie aux Editions Demopolis, Au coeur de la crise (2014), préfacé par Gérard Mordillat : carnets ouvriers relatant sa onzième et dernière année de travail au sein  d'une grande entreprise nautique.

 

Enfin, viennent d'être mis en ligne ses premiers Carnets hygiéniques sous le titre Le Vouloir du Véridique (2015); recueil de chroniques écrites entre 2010 et 2014 à travers lesquelles l'auteur remet ici en question nos plus profondes certitudes sur l'identité, la nationalité, la société, la civilisation et la vie elle-même. Vient également d'être mis en ligne un nouveau recueil de poèmes en prose intitulé La Sensation du gouffre (2015). Y sont rassemblés des textes écrits entre 1993 et 2010. L'auteur y dévoile, dans un premier temps, une vision plus intime du réel suivie, dans un deuxième temps,  de certaines de ses intuitions d'ordre plus général et philosophique.

 

Ces deux derniers ouvrages n'ont pas encore trouvé d'éditeur. Ceci est un appel lancé aux plus audacieux d'entre eux.

Accès directs

 

 

Bibliographie  

 

Articles.

 

Contact.

 

 

 

Dernière parution.

 

 

AU COEUR DE LA CRISE - Carnets ouvriers, aux

Editions DEMOPOLIS

 

 

 

En 2007, le numéro un mondial des constructeurs de voiliers passe le milliard d’euros de chiffre d’affaire. Avec 19 filiales et près de 30 sites de production à travers le monde, l’entreprise, créée en 1884 est devenue une référence du yachting international. La quasi-absence de réelle concurrence, un « trésor de guerre » substantiel et un savoir-faire unique en ont fait un véritable empire industriel et familial.

Au cœur d’une crise qui n’épargne personne, la marque fait figure d’exception. Mais pour combien de temps encore ? La petite entreprise familiale est devenue, au fil de ses succès commerciaux, un monstre protéiforme d’envergure internationale. Avec la crise elle est désormais à la croisée des chemins : rester fidèle aux anciennes méthodes de management et de communication ou au contraire, s’adapter et accepter les changements imposés par l’ « évolution des espèces industrielles » ? Voilà sans doute l’un des plus grands défis auquel le groupe se trouve aujourd’hui confronté.

 

 

 

 

 

 

Commander les livres

L'actualité philosophique